L’enquête sur la mort de Michael Jackson se poursuit

Michael Jakson

    Pour tenter d’élucider le mystère de la disparition brutale du « King of pop », qui a succombé à un arrêt cardiaque, les enquêteurs de la police de Los Angeles vont être rejoints par les spécialistes de l’agence américaine de lutte contre la drogue (Drug Enforcement Administration). Les hommes de la DEA seront notamment chargés d’enquêter sur les médecins dans l’entourage de la star pour déterminer s’ils sont régulièrement inscrits et autorisés par la DEA à prescrire des médicaments inscrits au tableau de classification des drogues. Les policiers devront également déterminer l’origine exacte des médicaments prescrits à Michael Jackson ou à ses collaborateurs et vérifier qu’ils ne proviennent pas d’une forme de trafic. Par ailleurs, deux anciens confidents du chanteur, son ex-garde du corps Matt Fiddes et le médium Uri Geller, ont souligné qu’ils avaient essayé en vain d’empêcher le chanteur d’abuser de calmants et d’autres médicaments suspectés d’avoir provoqué son décès, mais que d’autres personnes de son entourage n’avaient pas eu la même attitude. « J’ai confisqué des paquets, tout comme Uri. Uri a confisqué du matériel pour faire des injections dans sa chambre », a affirmé Matt Fiddes dans un entretien diffusé jeudi par Sky News. Liaisons dangereusesMichael Jackson aurait d’ailleurs utilisé une série de pseudonymes pour se procurer les médicaments délivrés sur ordonnance, a révélé jeudi le site américain tmz.com . Le roi de la pop se serait procuré les médicaments, notamment du Demerol, sous les noms d’Omar Arnold et Jack London, mais il aurait aussi emprunté le nom de l’un de ses gardes du corps ainsi que celui d’un employé de l’un de ses médecins.Plusieurs produits puissants ont été retrouvés chez le chanteur, comme le Propofol, utilisé pour les anesthésies chirurgicales, a affirmé mardi tmz.com . Auparavant, des informations selon lesquelles Michael Jackson aurait reçu de son médecin une injection de Demerol peu avant sa mort avaient relancé les conjectures sur l’accès du chanteur aux médicaments. Selon l’am i et confident de Michael Jackson, le cardiologue Deepak Chopra, le monde du spectacle regorge de médecins qui monnayent auprès des célébrités le moyen d’obtenir des médicaments accessibles seulement sur ordonnance. Les liaisons dangereuses entre célébrités et médicaments à Hollywood ne datent pas d’hier, de la longue bataille de Judy Garland contre ses dépendances, avant sa mort, en 1969, à l’âge de 47 ans, à l’intoxication mortelle de l’acteur australien Heath Ledger à New York, l’année dernière.

0 commentaires à “L’enquête sur la mort de Michael Jackson se poursuit”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



tout sur le cheval |
La vérité vous rendra libre |
Bgayet et sa région |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AL FOUTOHATE AL ISLAMIA
| actualité des iles de l'océ...
| Brenda Asnicar